OrdinateurTechTutos

Technologie : Le Web 3.0 sera-t-il la « grande révolution de l’internet » ?

Web 3.0

Une femme sur son telephone

Dans notre monde hyperconnecté dominé par les connexions web, il est difficile d’imaginer que des experts considèrent que l’internet aura besoin d’une « refonte massive ».

Pourtant, c’est précisément cette omniprésence qui a poussé de plus en plus de technologues à travailler sur ce qu’ils appellent une « nouvelle phase » de l’internet.

Ils insistent sur le fait que cet internet de « deuxième génération » doit changer pour être beaucoup plus intelligent ; doit évoluer pour devenir un « web sémantique » qui, en plus d’être plus efficace, nous offre plus de contrôle sur nos données.

A lire aussi :

  • Quatre inventeurs qui ont regretté leurs créations (et sont à l’origine des armes les plus meurtrières de l’histoire)
  • Que diront les données d’aujourd’hui aux historiens de demain ?
  • La technologie au service du transport de marchandises en Afrique

C’est ce qu’ils prévoient avec l’arrivée du Web 3.0, que de nombreux acteurs du secteur considèrent comme la « grande révolution de l’internet ».

Le « Web3 » permettra aux machines d’interpréter un volume de données beaucoup plus important. Cela nous permettra, entre autres, d’interagir beaucoup plus profondément avec d’autres utilisateurs depuis n’importe quelle plateforme.

Dans ce « nouveau chapitre » de l’internet, nous n’aurons plus besoin de systèmes d’exploitation complexes ou de gros disques durs pour stocker les informations, car absolument tout sera dans le cloud. Et tout sera beaucoup plus rapide et personnalisable.

De manière générale, on pourrait dire que sur le Web3, la machine « collaborera » plus efficacement avec l’être humain.

Mais sa principale valeur est la décentralisation de l’internet : créer un réseau plus équitable et priver les « géants de l’internet » de leur pouvoir, comme le soulignent les promoteurs du concept.

Ce concept, qui a déjà fait écho dans la Silicon Valley, est en développement depuis des années.

Le terme a été inventé en 2014 par le cofondateur de la crypto-monnaie ethereum, Gavin Wood.

Tout comme Tim Berners-Lee est considéré comme le « père de l’internet », Wood est souvent appelé le « père d’etherum » pour en avoir été le cofondateur et le diffuseur.

Etherum est le deuxième protocole blockchain le plus utilisé dans le monde. Et cette technologie est le fondement du Web3.

Gavin Wood en 2017

Wood, créateur du projet open source Polkadot, est parti de l’idée qu’il fallait « remodeler l’internet » : créer une nouvelle architecture avec un protocole spécifique afin que les services soient décentralisés.

Pour ce faire, l’ingénieur logiciel britannique a fondé la Web3 Foundation – pour « financer les équipes de recherche et de développement qui construisent les fondations » de Web3 – et a créé Parity Technologies, une société d’infrastructure blockchain basée à Berlin pour le « web décentralisé ».

Mais qu’est-ce que cela signifie pour la décentralisation ?

« Internet à ses débuts était un protocole ouvert et décentralisé. Il a commencé à être centralisé dans les années 90 avec les grandes technologies que nous connaissons aujourd’hui », explique à BBC Mundo Ursula O’Kuinghttons, directrice de la communication de Parity Technologies.

« Ce que vous voulez avec Web3, c’est revenir à l’essence, au début, de ce qu’était Internet : que personne ne contrôle dans une large mesure cet outil de communication si présent dans notre quotidien », ajoute O’Kuinghttons.

  • La dépendance à Internet est-elle un problème croissant ?

Un élément clé de la structure du Web3 est la technologie blockchain, qui permet de créer des « blocs » et de former des chaînes de données, et que nous connaissons surtout par les crypto-monnaies.

Si le Web 1.0 (Web1) était basé sur les hyperliens et le Web 2.0 (Web2) sur les réseaux sociaux, le Web 3.0 (Web3) sera basé sur la technologie blockchain.

« Nous devons faire preuve d’ouverture d’esprit car la blockchain est bien plus qu’une crypto-monnaie. Le Web3 est bien plus intéressant que la valeur d’un jeton », déclare O’Kuinghttons.

En fait, les éléments qui rendent Web3 possible ont été développés au cours des dernières années et, d’une certaine manière, il est déjà une réalité.

Mais sa technologie n’a pas encore été assimilée ou utilisée en masse par le grand public.

« Un web plus rapide, plus sûr et plus ouvert »

Colin Evran

Colin Evran dirige les écosystèmes Filecoin et IPFS, deux protocoles créés par Protocol Labs, une entreprise de technologie blockchain basée à San Francisco, en Californie, dont l’objectif est également de « décentraliser le web. »

« Une grande partie de mon travail consiste à accélérer la transition du Web2 au Web3 », explique-t-il à BBC Mundo.

« Notre objectif est de mettre à jour le web pour le rendre plus rapide, plus sûr, plus résistant aux attaques et plus ouvert ».

Illustration sujective

Pour comprendre comment le Web3 fonctionnera et à quel point il sera rapide et résilient, nous devons d’abord comprendre comment l’internet a été créé et comment il a changé au fil des ans.

« Si l’on se penche sur les premiers jours d’internet – dans les années 1960 et 1970 – on constate que l’internet existait avant même le web lui-même : c’était un amalgame de câbles et un réseau qui « connectait les choses » », explique Evran.

« À l’origine, c’était un projet gouvernemental appelé Arpanet pour transférer des informations ».

Au début des années 1990, le Web 1.0 a pris son envol, poursuit Evran. Des sites comme Yahoo ! étaient des pages Web statiques qui reposaient sur des hyperliens.

Le Web 2.0 est apparu dans les années 2000. La principale amélioration, selon Evran, est qu' »il nous permet de lire et d’écrire de manière interactive, que les applications mobiles et web peuvent « se parler » et que nous pouvons interagir avec elles. »

  • Quels sont les États africains qui bloquent Internet ?

« Le développement du Web 3.0 ajoute à tout cela l’établissement de la confiance, car les libertés civiles seront intégrées dans sa structure sous-jacente », soutient-il.

Il critique également la « centralisation » du Web2.

« Quelques fournisseurs de services de stockage, banques et grands gouvernements accumulent tout le pouvoir et peuvent contrôler et manipuler les données à volonté pour générer de l’argent et nourrir leurs intérêts », explique Evran.

« Nous ne pouvons pas croire que ces organismes ne manipulent pas nos données », ajoute-t-il.

Qu’est-ce qui change alors avec le Web3 ?

« Changer toute l’architecture du web ! », répond Evran.

Par exemple, l’expert affirme que le Web3 « permettra aux utilisateurs d’avoir accès à des milliers de centres de données à travers le monde et pourra choisir qui conserve ses données et comment. »

Amazon, Google et Microsoft sont actuellement en tête du marché du stockage de données dans le cloud.

La première entreprise, avec sa filiale AWS, contrôle 41,5% du total, selon les données de McAfee pour 2019. Elle est suivie par Azure, de Microsoft, avec 29,4 %, et Google Cloud, avec 3 %.

Ces trois entreprises possèdent la moitié des 600 grands centres de données dans le monde, selon un rapport de Synergy Research Group.

Amazon Web Services

D’autre part, Evran explique que dans Web3 il y aura des « mécanismes clairs » pour vérifier les données et éliminer les problèmes tels que les fake news.

Quant à la partie plus technique, il y a la question des protocoles : « Lorsque vous ouvrez Google ou un autre navigateur et que vous allez sur un site web, vous utilisez le protocole HTTP ; vous ‘dites’ à ce protocole de chercher un fichier dans un emplacement spécifique ».

« C’est comme si, pour trouver un livre, vous deviez le forcer à passer par la bibliothèque publique de New York. Si cette bibliothèque s’effondre ou si le gouvernement met en place un garde de sécurité, vous ne pouvez plus accéder au contenu. Il s’agit d’une structure contrôlée de manière centralisée. « .

 » Dans le monde du Web3, chaque copie du livre sera compressée dans un algorithme cryptographique qui ne pourra pas être manipulé. Et nous pourrons le partager même en étant connecté au réseau », résume Evran.

protocole http

Il s’agit d’une technologie -to-peer (P2P) permettant d’échanger des ressources de manière égale, directement entre plusieurs utilisateurs, ce qui, selon Evran, n’est pas possible avec le Web2 actuel et le protocole HTTP utilisé.

Úrsula O’Kuinghttons explique que la technologie blockchain de Web3 est très sécurisée et que « jusqu’à présent, en plus de 10 ans, personne n’a été capable de la pirater. »

« La question de la sécurité est cruciale à l’époque dans laquelle nous vivons car nos vies et nos données sont de plus en plus tournées vers internet », ajoute la spécialiste.

Un processus lent

Ces changements sont censés donner aux internautes plus de pouvoir sur les informations auxquelles ils accèdent et les données qu’ils partagent et, au final, créer un internet plus libre et plus égalitaire.

Mais la promesse que le Web 3.0 sera capable de mettre fin à l’hégémonie des géants de la technologie comme Google ou Facebook suscite des doutes.

Certaines voix sceptiques se font entendre, comme celle d’Elon Musk, qui a posté il y a quelques jours un commentaire ironique sur Twitter : « Quelqu’un a-t-il vu Web3 ? Je n’arrive pas à le trouver ».

Autoriser le contenu de Twitter?

This article contains content provided by Twitter. We ask for your permission before anything is loaded, as they may be using cookies and other technologies. You may want to read the Twitter cookie policy and privacy policy before accepting. To view this content choose ‘accept and continue’.Accept and continue

Ou encore celui du cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, qui a déclaré que Web3  » est une entité centralisée, mais avec une étiquette différente […]. « 

Mais Colin Evran ne perd pas son enthousiasme.

« La transition du Web1 au Web2 a été une énorme transition qui a pris de nombreuses années. La transition du Web2 au Web3 est inévitable, mais elle ne se fera pas du jour au lendemain, mais en plusieurs années.

« Le nombre de développeurs impliqués dans ce projet est un indicateur clair que ceux qui construisent l’internet du futur parient sur le Web3 », ajoute-t-il.

Il estime que Web3 « mettra à jour l’internet avec un paradigme complètement nouveau et beaucoup plus démocratique que Web2. »

« Si nous nous concentrons sur le développement du Web, dans les cinq ou dix prochaines années, nous remettrons les données entre les mains des utilisateurs. Et c’est le monde que je veux pour moi et mes enfants. »

web3

O’Kuinghttons convient que le changement « ne sera pas une tâche facile, mais il est de plus en plus urgent que nous ayons un internet plus égal et plus équitable […]. »

« Nous sommes encore dans une phase très, très précoce. Tout cela commence à peine à se développer et est encore en phase de construction », explique le spécialiste.

« Mais en 2021, nous avons déjà vu un énorme coup de pouce avec la poussée des NFT et des métavers. Et en 2022, nous verrons des changements cruciaux, comme l’expansion de ces technologies, qui ne sont autres que le Web3. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page